Se déplacer

Fridges - Kader Attia
La Galerie de L'Artothèque de Saint Priest
11 photos

La Galerie de L'Artothèque de Saint Priest

11 photos

Le conte Seven Days Hotel - Fabien Verschaere Fridges - Kader Attia Fridges - Kader Attia Fridges - Kader Attia Tchernobyl le sarcophage - Louis James Tchernobyl le sarcophage - Louis James Tchernobyl le sarcophage - Louis James Tchernobyl le sarcophage - Louis James Tchernobyl le sarcophage - Louis James Théâtre infini - Barthélémy Toguo Théâtre infini - Barthélémy Toguo
Le conte Seven Days Hotel -  Fabien Verschaere
Le conte Seven Days Hotel - Fabien Verschaere 2007

Le Conte Seven Days Hotel est un véritable conte. L’histoire d’un rêve qui tourne au cauchemar. C’est le journal d’un artiste qui raconte une bataille contre lui-même, contre ses propres démons venus d’une enfance douloureuse. « L’histoire d’un enfant malade allant, par le biais d’une princesse, à la rencontre du monde. 7 jours, 7 ans, 7 siècles, la durée que le monde veut bien nous donner pour réaliser nos rêves et pour que le monde soit à notre image », nous dit l’artiste.

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Fridges - Kader Attia
Fridges - Kader Attia 2006

Avec 150 réfrigérateurs hors d’usage, Kader Attia reconstitue la cité de son enfance, aux alentours de Sarcelles. En peignant sur chacun d’eux des rangées de petits motifs, il évoque les façades des immeubles de banlieue aux pieds desquels il a grandi. L’oeuvre de Kader Attia prend racine dans les rapports complexes qu’entretiennent culture orientale et culture occidentale. Il s’attache à montrer le cadre de vie des immigrés en France et insiste sur l’identité conflictuelle d’une culture déracinée, face à la séduction d’une culture de consommation d’un Occident où règne l’abondance matérielle.

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Fridges - Kader Attia
Fridges - Kader Attia 2006

Avec 150 réfrigérateurs hors d’usage, Kader Attia reconstitue la cité de son enfance, aux alentours de Sarcelles. En peignant sur chacun d’eux des rangées de petits motifs, il évoque les façades des immeubles de banlieue aux pieds desquels il a grandi. L’oeuvre de Kader Attia prend racine dans les rapports complexes qu’entretiennent culture orientale et culture occidentale. Il s’attache à montrer le cadre de vie des immigrés en France et insiste sur l’identité conflictuelle d’une culture déracinée, face à la séduction d’une culture de consommation d’un Occident où règne l’abondance matérielle.

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Fridges - Kader Attia
Fridges - Kader Attia 2006

Avec 150 réfrigérateurs hors d’usage, Kader Attia reconstitue la cité de son enfance, aux alentours de Sarcelles. En peignant sur chacun d’eux des rangées de petits motifs, il évoque les façades des immeubles de banlieue aux pieds desquels il a grandi. L’oeuvre de Kader Attia prend racine dans les rapports complexes qu’entretiennent culture orientale et culture occidentale. Il s’attache à montrer le cadre de vie des immigrés en France et insiste sur l’identité conflictuelle d’une culture déracinée, face à la séduction d’une culture de consommation d’un Occident où règne l’abondance matérielle.

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Tchernobyl le sarcophage - Louis James
Tchernobyl le sarcophage - Louis James 1991

Louis Jammes est l’une des rares personnes à avoir été autorisée à pénétrer à l’intérieur du sarcophageà Tchernobyl. Au dos de cette photo (300 x 800 cm) il inscrit ce qui suit :« Tchernobyl, 26 avril 1986, 1h24 du matin. L’explosion du réacteur du bloc numéro 4 de la centrale atomique Vladimir Ilitch Lénine constitue à ce jour l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire. Pour stopper au plus vite la contamination, 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » ont construit le « sarcophage » en sept mois. 400 000 d’entre eux ont reçu plus de radioactivité que les survivants d’Hiroshima et Nagasaki. En forme de pyramide tronquée, le sarcophage est une construction monologique de béton coulé dans des structures métalliques soudées. Au coeur de ce blindage, une lave de combustible nucléaire, de glaise, de graffite et de plomb fondu renferme toujours 96 % de la radioactivité ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Tchernobyl le sarcophage - Louis James
Tchernobyl le sarcophage - Louis James 1991

Louis Jammes est l’une des rares personnes à avoir été autorisée à pénétrer à l’intérieur du sarcophageà Tchernobyl. Au dos de cette photo (300 x 800 cm) il inscrit ce qui suit :« Tchernobyl, 26 avril 1986, 1h24 du matin. L’explosion du réacteur du bloc numéro 4 de la centrale atomique Vladimir Ilitch Lénine constitue à ce jour l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire. Pour stopper au plus vite la contamination, 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » ont construit le « sarcophage » en sept mois. 400 000 d’entre eux ont reçu plus de radioactivité que les survivants d’Hiroshima et Nagasaki. En forme de pyramide tronquée, le sarcophage est une construction monologique de béton coulé dans des structures métalliques soudées. Au coeur de ce blindage, une lave de combustible nucléaire, de glaise, de graffite et de plomb fondu renferme toujours 96 % de la radioactivité ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Tchernobyl le sarcophage - Louis James
Tchernobyl le sarcophage - Louis James 1991

Louis Jammes est l’une des rares personnes à avoir été autorisée à pénétrer à l’intérieur du sarcophageà Tchernobyl. Au dos de cette photo (300 x 800 cm) il inscrit ce qui suit :« Tchernobyl, 26 avril 1986, 1h24 du matin. L’explosion du réacteur du bloc numéro 4 de la centrale atomique Vladimir Ilitch Lénine constitue à ce jour l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire. Pour stopper au plus vite la contamination, 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » ont construit le « sarcophage » en sept mois. 400 000 d’entre eux ont reçu plus de radioactivité que les survivants d’Hiroshima et Nagasaki. En forme de pyramide tronquée, le sarcophage est une construction monologique de béton coulé dans des structures métalliques soudées. Au coeur de ce blindage, une lave de combustible nucléaire, de glaise, de graffite et de plomb fondu renferme toujours 96 % de la radioactivité ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Tchernobyl le sarcophage - Louis James
Tchernobyl le sarcophage - Louis James 1991

Louis Jammes est l’une des rares personnes à avoir été autorisée à pénétrer à l’intérieur du sarcophageà Tchernobyl. Au dos de cette photo (300 x 800 cm) il inscrit ce qui suit :« Tchernobyl, 26 avril 1986, 1h24 du matin. L’explosion du réacteur du bloc numéro 4 de la centrale atomique Vladimir Ilitch Lénine constitue à ce jour l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire. Pour stopper au plus vite la contamination, 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » ont construit le « sarcophage » en sept mois. 400 000 d’entre eux ont reçu plus de radioactivité que les survivants d’Hiroshima et Nagasaki. En forme de pyramide tronquée, le sarcophage est une construction monologique de béton coulé dans des structures métalliques soudées. Au coeur de ce blindage, une lave de combustible nucléaire, de glaise, de graffite et de plomb fondu renferme toujours 96 % de la radioactivité ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Tchernobyl le sarcophage - Louis James
Tchernobyl le sarcophage - Louis James 1991

Louis Jammes est l’une des rares personnes à avoir été autorisée à pénétrer à l’intérieur du sarcophageà Tchernobyl. Au dos de cette photo (300 x 800 cm) il inscrit ce qui suit :« Tchernobyl, 26 avril 1986, 1h24 du matin. L’explosion du réacteur du bloc numéro 4 de la centrale atomique Vladimir Ilitch Lénine constitue à ce jour l’accident nucléaire le plus grave de l’histoire. Pour stopper au plus vite la contamination, 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » ont construit le « sarcophage » en sept mois. 400 000 d’entre eux ont reçu plus de radioactivité que les survivants d’Hiroshima et Nagasaki. En forme de pyramide tronquée, le sarcophage est une construction monologique de béton coulé dans des structures métalliques soudées. Au coeur de ce blindage, une lave de combustible nucléaire, de glaise, de graffite et de plomb fondu renferme toujours 96 % de la radioactivité ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Théâtre infini - Barthélémy Toguo
Théâtre infini - Barthélémy Toguo 1991

Très habile à la tronçonneuse, l’artiste sculpte un bateau chargé de denrées importées d’Afrique contrastant avec un avion aux hélices faites de ventilateurs ramenant en Afrique les sans-papiers sous le sigle « Charter Air Mamadou ». Photos de performances, sculptures expressives, tampons de visas sont les éléments d’une mise en scène de l’Afrique. Une mise en scène où le continent est un spectacle dont les acteurs sont invisibles. Le spectateur de ce récit sans conteur est un Occident qui ne voit que les stéréotypes en rappelant que « you need a visa ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller
Théâtre infini - Barthélémy Toguo
Théâtre infini - Barthélémy Toguo 1991

Très habile à la tronçonneuse, l’artiste sculpte un bateau chargé de denrées importées d’Afrique contrastant avec un avion aux hélices faites de ventilateurs ramenant en Afrique les sans-papiers sous le sigle « Charter Air Mamadou ». Photos de performances, sculptures expressives, tampons de visas sont les éléments d’une mise en scène de l’Afrique. Une mise en scène où le continent est un spectacle dont les acteurs sont invisibles. Le spectateur de ce récit sans conteur est un Occident qui ne voit que les stéréotypes en rappelant que « you need a visa ».

L'Artothèque de Saint Priest


Place Charle Ottina
69800, Saint Priest


Comment y aller