Yoko Ono

My mommy is beautiful
Galerie de Yoko Ono
11 photos

Galerie de Yoko Ono

11 photos

My mommy is beautiful My mommy is beautiful My mommy is beautiful Cut Piece Cut Piece Cut Piece Cut Piece Summer Dream Summer Dream Summer Dream Summer Dream
My mommy is beautiful
My mommy is beautiful 1997

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avec le public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
My mommy is beautiful
My mommy is beautiful 1997

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avec le public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
My mommy is beautiful
My mommy is beautiful 1997

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avec le public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
Cut Piece
Cut Piece 1964 - 1965

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avecle public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian  à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
Cut Piece
Cut Piece 1964 - 1965

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avecle public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian  à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
Cut Piece
Cut Piece 1964 - 1965

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avecle public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian  à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
Cut Piece
Cut Piece 1964 - 1965

Les deux oeuvres de Yoko Ono présentées ici reposent sur une forme d’interaction ritualisée avecle public. Ce que recherche l’artiste, ce n’est pas tant le résultat que la façon d’y parvenir, c’est-à-dire le processus – celui qui nous conduit dans la même direction, ne serait-ce qu’un instant. Cut Piece est une performance que Yoko Ono a réalisée pour la première fois en 1964 à New York, et au cours de laquelle l’artiste, assise sur scène dans la posture traditionnelle de la femme japonaise, invite les spectateurs à découper ses habits à l’aide d’une paire de ciseaux. L’étrange intimité qui se joue entre la peau, le vêtement et le corps font de Cut Piece une performance emblématique : l’histoire s’y joue entre un artiste et un inconnu. My Mummy Was Beautiful invite quant à elle les visiteurs de la Biennale à participer à l’édification d’un monument volatile : à chacun d’inscrire une expression, un souvenir ou un hommage à toutes les mères du monde, c’est-à-dire à la sienne propre. Yoko Ono présente également Summer Dream à la Fondation Bullukian  à laquelle elle nous invite à participer : racontez vos rêves d’été, et vous les verrez sur un mur, le temps d’un instant, jusqu’à ce qu’ils tournent en boucle.

Avec le soutien de l’EU-Japan Fest Japan Committee, et de Boesner Lyon, partenaire de la 12e Biennale de Lyon.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
Summer Dream
Summer Dream 2012

Pour qu’un rêve puisse se transmettre, il faut le traduire en mots… Summer Dream est une oeuvre à la fois subversive et interactive, mais intimement liée au quotidien. Ici, Yoko Ono nous encourage à décrire nos rêves d’été et nous invite à partager nos songes sous la forme de courts textes qui sont diffusés tout au long de la Biennale, à la Fondation Bullukian. Summer Dream fait ainsi le lien entre nos rêves et nos espoirs, les réseaux sociaux, la Biennale de Lyon, ses visiteurs et l’environnement urbain, et démontre la capacité toujours renouvelée de Yoko Ono à inventer l’imaginaire, avec un engagement sans faille et une poésie quasi immatérielle qui font d’elle l’une des plus grandes artistes d’aujourd’hui. Connectez-vous à biennaledelyon.com pour envoyez vos rêves. D’abord vus le temps d’un instant, ils seront vus et revus en boucle jusqu’à la fin de la Biennale. Yoko Ono présente également deux oeuvres à la Sucrière.

La Fondation Bullukian


26 Place Bellecour
69002, Lyon


Comment y aller
Summer Dream
Summer Dream 2012

Pour qu’un rêve puisse se transmettre, il faut le traduire en mots… Summer Dream est une oeuvre à la fois subversive et interactive, mais intimement liée au quotidien. Ici, Yoko Ono nous encourage à décrire nos rêves d’été et nous invite à partager nos songes sous la forme de courts textes qui sont diffusés tout au long de la Biennale, à la Fondation Bullukian. Summer Dream fait ainsi le lien entre nos rêves et nos espoirs, les réseaux sociaux, la Biennale de Lyon, ses visiteurs et l’environnement urbain, et démontre la capacité toujours renouvelée de Yoko Ono à inventer l’imaginaire, avec un engagement sans faille et une poésie quasi immatérielle qui font d’elle l’une des plus grandes artistes d’aujourd’hui. Connectez-vous à biennaledelyon.com pour envoyez vos rêves. D’abord vus le temps d’un instant, ils seront vus et revus en boucle jusqu’à la fin de la Biennale. Yoko Ono présente également deux oeuvres à la Sucrière.

La Fondation Bullukian


26 Place Bellecour
69002, Lyon


Comment y aller
Summer Dream
Summer Dream 2012

Pour qu’un rêve puisse se transmettre, il faut le traduire en mots… Summer Dream est une oeuvre à la fois subversive et interactive, mais intimement liée au quotidien. Ici, Yoko Ono nous encourage à décrire nos rêves d’été et nous invite à partager nos songes sous la forme de courts textes qui sont diffusés tout au long de la Biennale, à la Fondation Bullukian. Summer Dream fait ainsi le lien entre nos rêves et nos espoirs, les réseaux sociaux, la Biennale de Lyon, ses visiteurs et l’environnement urbain, et démontre la capacité toujours renouvelée de Yoko Ono à inventer l’imaginaire, avec un engagement sans faille et une poésie quasi immatérielle qui font d’elle l’une des plus grandes artistes d’aujourd’hui. Connectez-vous à biennaledelyon.com pour envoyez vos rêves. D’abord vus le temps d’un instant, ils seront vus et revus en boucle jusqu’à la fin de la Biennale. Yoko Ono présente également deux oeuvres à la Sucrière.

La Fondation Bullukian


26 Place Bellecour
69002, Lyon


Comment y aller
Summer Dream
Summer Dream 2012

Pour qu’un rêve puisse se transmettre, il faut le traduire en mots… Summer Dream est une oeuvre à la fois subversive et interactive, mais intimement liée au quotidien. Ici, Yoko Ono nous encourage à décrire nos rêves d’été et nous invite à partager nos songes sous la forme de courts textes qui sont diffusés tout au long de la Biennale, à la Fondation Bullukian. Summer Dream fait ainsi le lien entre nos rêves et nos espoirs, les réseaux sociaux, la Biennale de Lyon, ses visiteurs et l’environnement urbain, et démontre la capacité toujours renouvelée de Yoko Ono à inventer l’imaginaire, avec un engagement sans faille et une poésie quasi immatérielle qui font d’elle l’une des plus grandes artistes d’aujourd’hui. Connectez-vous à biennaledelyon.com pour envoyez vos rêves. D’abord vus le temps d’un instant, ils seront vus et revus en boucle jusqu’à la fin de la Biennale. Yoko Ono présente également deux oeuvres à la Sucrière.

La Fondation Bullukian


26 Place Bellecour
69002, Lyon


Comment y aller