Robert Gober

 Untitled
Galerie de Robert Gober
2 photos et 1 vidéo

Galerie de Robert Gober

2 photos et 1 vidéo

Untitled Untitled picto play Untitled
 Untitled
Untitled 1978 - 1979

Pour la Biennale 2013, Robert Gober raconte tout simplement l’histoire de sa vie – et la genèse même de son oeuvre – en présentant une partie des maisons de poupées qu’il a minutieusement réalisées à l’orée de sa carrière. Refusant d’abord de les considérer comme des oeuvres d’art, Robert Gober s’est très vite aperçu que « chaque maison devenait plus complexe et plus intéressante à concevoir et à construire, jusqu’à ce qu’il réalise que ce n’était pas les maisons de poupées qui [l]’intéressaient. Ce qui[le] fascinait, c’était la maison comme symbole » et comme tension narrative potentielle. De fait, les questions de sexualité, de nature, de politique ou de religion qui traversent l’oeuvre de Robert Gober depuis plus de trente ans se fondent sur ses souvenirs d’enfance. Éviers, portes, berceaux, chaises et parties du corps humain envahissent une oeuvre dont les détails rappellent à la fois un environnement domestique commun et une histoire des plus personnelles. Ses sculptures sont en outre accompagnées d’une série de dessins et d’un papier peint réalisé à la main.

Le Musée d'art contemporain


81 Quai Charles de Gaulle
69006, Lyon


Comment y aller
 Untitled
Untitled 1978 - 1979

Pour la Biennale 2013, Robert Gober raconte tout simplement l’histoire de sa vie – et la genèse même de son oeuvre – en présentant une partie des maisons de poupées qu’il a minutieusement réalisées à l’orée de sa carrière. Refusant d’abord de les considérer comme des oeuvres d’art, Robert Gober s’est très vite aperçu que « chaque maison devenait plus complexe et plus intéressante à concevoir et à construire, jusqu’à ce qu’il réalise que ce n’était pas les maisons de poupées qui [l]’intéressaient. Ce qui[le] fascinait, c’était la maison comme symbole » et comme tension narrative potentielle. De fait, les questions de sexualité, de nature, de politique ou de religion qui traversent l’oeuvre de Robert Gober depuis plus de trente ans se fondent sur ses souvenirs d’enfance. Éviers, portes, berceaux, chaises et parties du corps humain envahissent une oeuvre dont les détails rappellent à la fois un environnement domestique commun et une histoire des plus personnelles. Ses sculptures sont en outre accompagnées d’une série de dessins et d’un papier peint réalisé à la main.

Le Musée d'art contemporain


81 Quai Charles de Gaulle
69006, Lyon


Comment y aller
Untitled 1978 - 1979

Pour la Biennale 2013, Robert Gober raconte tout simplement l’histoire de sa vie – et la genèse même de son oeuvre – en présentant une partie des maisons de poupées qu’il a minutieusement réalisées à l’orée de sa carrière. Refusant d’abord de les considérer comme des oeuvres d’art, Robert Gober s’est très vite aperçu que « chaque maison devenait plus complexe et plus intéressante à concevoir et à construire, jusqu’à ce qu’il réalise que ce n’était pas les maisons de poupées qui [l]’intéressaient. Ce qui[le] fascinait, c’était la maison comme symbole » et comme tension narrative potentielle. De fait, les questions de sexualité, de nature, de politique ou de religion qui traversent l’oeuvre de Robert Gober depuis plus de trente ans se fondent sur ses souvenirs d’enfance. Éviers, portes, berceaux, chaises et parties du corps humain envahissent une oeuvre dont les détails rappellent à la fois un environnement domestique commun et une histoire des plus personnelles. Ses sculptures sont en outre accompagnées d’une série de dessins et d’un papier peint réalisé à la main.

Le Musée d'art contemporain


81 Quai Charles de Gaulle
69006, Lyon


Comment y aller