Karl Haendel

People Who Don’t Know They’re Dead
Galerie de Karl Haendel
1 photo 1 vidéo

Galerie de Karl Haendel

1 photo et 1 vidéo

People Who Don’t Know They’re Dead picto play People Who Don’t Know They’re Dead
People Who Don’t Know They’re Dead
People Who Don’t Know They’re Dead 2013

Le 20 juillet 2012, le soir de la première du film Batman : The Dark Knight Rises dans un cinéma du Colorado, James E. Holmes ouvre le feu à l’arme lourde (achetée légalement), tuant ainsi douze personnes et en blessant cinquante-huit autres. Au moment de son arrestation, il déclare être le Joker, l’ennemi juré de Batman. L’installation de Karl Haendel, réalisée à partir d’une documentation précise de photographies, de mots ou de coupures de journaux, tisse des liens entre la tuerie d’Aurora et la réalité de notre culture populaire. En modifiant l’échelle, le ton, et la signification des éléments qu’il choisit, Haendel explore la façon dont l’histoire de Holmes (la folie, la colère, la violence, l’insécurité sexuelle, le contrôle des armes à feu, la technologie fétichisée) et l’histoire de Batman (le bien contre le mal, la vengeance, la justice, la sécurité contre la terreur, les relations de pouvoir et la lutte des classes) se rejoignent et trouvent sens et écho dans notre société.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller
People Who Don’t Know They’re Dead 2013

Le 20 juillet 2012, le soir de la première du film Batman : The Dark Knight Rises dans un cinéma du Colorado, James E. Holmes ouvre le feu à l’arme lourde (achetée légalement), tuant ainsi douze personnes et en blessant cinquante-huit autres. Au moment de son arrestation, il déclare être le Joker, l’ennemi juré de Batman. L’installation de Karl Haendel, réalisée à partir d’une documentation précise de photographies, de mots ou de coupures de journaux, tisse des liens entre la tuerie d’Aurora et la réalité de notre culture populaire. En modifiant l’échelle, le ton, et la signification des éléments qu’il choisit, Haendel explore la façon dont l’histoire de Holmes (la folie, la colère, la violence, l’insécurité sexuelle, le contrôle des armes à feu, la technologie fétichisée) et l’histoire de Batman (le bien contre le mal, la vengeance, la justice, la sécurité contre la terreur, les relations de pouvoir et la lutte des classes) se rejoignent et trouvent sens et écho dans notre société.

La Sucrière


49 quai Rambaud
69002, Lyon


Comment y aller